la fermeture de Neuville actée après des débats tendus

Lors du dernier conseil communal, ils avaient pris date. Et avaient promis d'être là. Pour ce premier conseil municipal de Vire Normandie de l'année 2021, les parents d'élèves de l'école de Neuville étaient bien présents, ce lundi soir, à la salle du Vaudeville. Au nombre de 10, tel que convenu avec la mairie. Des parents qui en fin d'après-midi avaient organisé une opération escargot à la sortie de l'école, avant de distribuer des tracts à l'entrée du conseil municipal.

8 février 2021 à 20h19 par Christophe Lécuyer

RADIO VFM
Gaëtan Prévert (au fond de la salle) s'est exprimé au nom de la délégation de parents d'élèves.
Crédit: Radio VFM

Ils n'ont pas eu à patienter bien longtemps pour savoir à quelle sauce ils allaient être mangés. Il leur a juste fallu écouter Pascal Martin féliciter l'AF Virois pour son parcours en Coupe de France, préciser que le projet culturel autour de l'orgue de la chapelle Saint-Louis avait été remis au directeur de l'Hôpital de Vire, et réitérer sa demande relative à la prime Covid pour les auxiliaires de vie du CCAS. Puis écouter Marc Andreu-Sabater féliciter à son tour l'AFV, et rappeler une énième fois que les auxiliaires méritaient la prime mais qu'il était impossible légalement de leur attribuer. Le membre du collectif citoyen Denis Datin faisant part de sa volonté de voir une solution favorable trouvée à ce sujet, une proposition de loi étant en cours.

Et voilà l'ordre du jour composé de 33 délibérations, ouvert ! C'est à l'adjointe à l'éducation Cindy Coignard qu'est revenue la charge de lire la délibération relative au projet de fermeture de l'école de Neuville, au regard de la baisse de la démographie scolaire ces dernières années. Pour rappel, le projet vise à fermer Neuville à la rentrée de septembre 2021, à transférer les maternelles de Neuville à Saint-Exupéry (Martilly) mais aussi à transférer les élémentaires de Saint-Exupéry à...Malraux !

des débats houleux

La parole fut ensuite donnée aux représentants de parents d'élèves. Gaëtan Prévert – ancien adjoint de Marc Andreu-Sabater – s'y est collé. « C'est bien dommage que cela se passe en période de crise sanitaire et de couvre-feu, et qu'il n'y ait pas eu de concertation. Cette prise de parole, c'est notre dernier espoir ». Gaëtan Prévert a rappelé la chronologie des courriers et réunions, dénonçant « un calendrier de non concertation », rappelant qu'il y a deux ans, le conseil municipal de Vire Normandie avait retoqué la fermeture de St Ex. « La vraie raison de la délibération de ce soir, c'est que l'école de Saint-Exupéry ne peut pas continuer ainsi. Nous n'avons rien contre cette école, mais ce n'est pas à nos enfants de subir cela ». Gaëtan Prévert de poursuivre en dénonçant une décision coûteuse, de par les navettes en bus ou les travaux qu'elle nécessite. « Avant de voter, nous aimerions que vous vous interrogiez si cette décision est la bonne. On peut se laisser du temps. Nous souhaiterions que le vote ait lieu à bulletins secrets ». Une prise de parole applaudie par les parents d'élèves ainsi que par les élus de la minorité.

Cindy Baudron – elle aussi ancienne adjointe du maire, désormais élue du collectif – s'est ensuite exprimée, dénonçant à son tour "la méthode employée par la municipalité, et une absence de vision". Plaçant le maire face à ses contradictions dans le dossier scolaire ces dernières années. Denis Datin a lui aussi demandé un vote à bulletins secrets. Avant que Pascal Martin ne s'exprime, indiquant que « le maire se retrouvait là face aux conséquences de sa politique ». Qualifiant le projet « d'incohérent ». Demandant au maire « de revoir sa copie ».

un vote à mains levées avec 11 oppositions

Marc Andreu-Sabater a ensuite pris le micro. « Si les gens vous avaient cru, vous seriez à ma place aujourd'hui » a t-il d'abord lancé à Pascal Martin. « Concernant l'idée d'une carte scolaire à l'échelle de Vire Normandie, il y a aussi une nécessité de maintenir des bourgs pour lesquels une école est fondamentale ». Sous les contestations des parents, Marc Andreu-Sabater a rappelé que « Neuville était le site scolaire comptant le moins d'enfants, que le maintien de l'école Saint-Exupéry était nécessaire, et que attendre serait une grosse erreur ».

Seuls 11 élus s'étant prononcés pour un vote à bulletins secrets, celui-ci se déroula à mains levées. Par 11 oppositions (élus de l'opposition) et 1 abstention (l'élue de la majorité Nathalie Le Dréau), la fermeture de l'école de Neuville a été entérinée.